Avertir le modérateur

L'agriculture bio peut-elle aider l'agriculture française ?

On le sait, l’agriculture en France ne connaît pas que des jours heureux. Devant ce constat, plusieurs spécialistes proposent de passer à l’agriculture bio. Mais est-ce vraiment la solution pour vivre de son travail lorsque l’on est agriculteur ?

Une production différente

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’agriculture produit des récoltes en grosse quantité, sans parfois se soucier de la qualité des produits. Pour cela, on a obligé les agriculteurs à utiliser des produits chimiques - pesticides et autres engrais - pour développer au mieux les cultures et fournir aux habitants du pays une quantité suffisante d’aliments. Cette production massive est aussi indispensable pour l’exportation - et donc le gain d’argent. Mais aujourd’hui, les Français se soucient plus de leur santé et de leur alimentation.

Les pesticides et engrais sont montrés du doigt et décriés et finissent par être interdits. Ce qui met les agriculteurs qui les utilisaient en mauvaise posture. Il a donc fallu se tourner vers une autre production, qui connaît à ce jour un succès phénoménal : l’agriculture bio. Réputées pour leur qualité et leur aspect sain, les productions bio offrent une voie de sortie à de nombreux agriculteurs qui veulent produire bon et bien. Naturellement, faire du bio coûte cher. Il faut en effet se passer de nombreuses « aides chimiques » et laisser faire la nature au risque de voir sa production fortement réduite.

C’est aussi un retour au travail artisanal plus prenant. Il existe aussi aujourd'hui des pièces bio pour machines agricoles - voir le site Agrizone. La production doit donc être vendue plus chère pour compenser ces surcoûts - en moyenne 10%.

L’agriculture bio, une levier pour valoriser le travail des agriculteurs

L’agriculture bio reste une valeur sûre car elle est de plus en plus privilégiée par les consommateurs. Les achats bio ont en effet augmenté de 22% ces dernières années, ce qui oblige à trouver de plus en plus de producteurs. On a d’ailleurs pu assister à une augmentation régulière - autour de 10% - du nombre des producteurs bio au cours de deux années passées. Mais même avec cette progression, le bio ne concerne que 4% du marché alimentaire.

Il est important de produire mieux pour attirer des clients exigeants. Mais lorsque le coût d’un kilo de tomates bio est grandement supérieur à celui d’un kilo de fruits « classiques », qu’en est-il ? Ce mode de production est en effet fortement critiqué car il pose un problème de coût. L’agriculteur qui produit bio va-t-il pouvoir vendre des légumes plus chers sans difficulté ? Même si choisir le bio va tirer la production nationale vers le haut, cela présente un revers. En effet si tous les agriculteurs produisent bio, les productions seront vendues moins chères et donc le travail sera à nouveau mal rémunéré. Il est donc indispensable de nuancer entre biologique réservé à une catégorie réduite de clients et tout bio.

D’autant que passer au tout bio peut provoquer des problèmes d’autosuffisance. Si on extrapole et imagine 30 millions d’hectares - la surface agricole totale en France - transformés en bio, cela ne sera pas suffisant pour nourrir tous les Français. On pourra simplement nourrir un peu moins de 50 millions d’habitants alors que nous sommes plus de 60 millions. De même, l’agriculture bio n’utilisant pas de pesticides, elle est sujette à des pertes très importantes en cas de situation d’urgence - épidémie de maladies...

Mais quel avantage pour l’agriculture française ?

Il est très important de privilégier la qualité des produits mais il est aussi très important de réfléchir aux besoins des habitants. Préconiser l’agriculture bio va naturellement permettre de mieux manger. Mais c’est aussi un risque. En effet, les produits étant plus chers, des personnes ne pourront plus se nourrir. D’autre part, une agriculture entièrement bio peut poser de graves problèmes de famine, la production étant réduite et plus fragile.

Il suffira d’une attaque de prédateurs ou encore une météo récalcitrante sur une région pour ne plus subvenir aux besoins. Il est donc important pour fortifier l’agriculture française de combiner le mode de production classique et le bio. Les deux composantes sont en effet des partenaires indissociables pour permettre aux grandes exploitations de perdurer et aux partisans du bio de se développer.

Découvrez l'univers cultivateur chez Agrizone.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu